Une soirée sans photos de jeux, mais avec une géographie incertaine!

Nous étions 10 pour cette soirée avec 3 tables au départ: Balrog, Else et Jean-Yves Monpertuis ont essayé Mage Knight Boardgame, et ce sont apparemment amusés.
Mais enfin, le déplacement magique, avec de la mana évanescente qu’il faut cristalliser, qui y croit encore.
Mage Knight

Manu, Nico et leur fils respectifs se sont affrontés dans les profondeurs d’Abyss, de Bruno Cathala pour une au moins troisième partie en trois semaines.

Cela fait longtemps que Manu n’avait pas pas fait trois parties avec la même boite de jeu.
C’est le signe d’un bon jeu, même si Nico semble mieux tenir les tenants et les aboutissants, scorant nettement plus que ses camarades.

Abyss

La troisième table avec Julie, Yon et Gaëtan Perrin embarquent pour Les châteaux de Bourgogne, le jeu où on construit le long de La Loire!

Si, si, je confirme pour les novices, ce magnifique jeu allemand est interdit aux géographes et aux daltoniens.

Non seulement le thème est plaqué (c’est allemand, je l’ai déjà dit), non seulement il y a une bourde phénoménale d’un point de vue français, avec ce mélange Loire/Bourgogne (essayer de mélanger des vins des deux terroirs, vous allez voir le mal de tête), mais en plus le choix des couleurs marrons, vert clair et jaunes, dans des valeurs proches qui plus est, c’est vraiment terrible.

Et pourtant le jeu de Stefan Feld est mécaniquement bien fichu. Bon, ce n’est pas Puerto Rico quand même, mais on s’amuse et c’est l’essentiel.

J’aime beaucoup la manière de S. Feld de maîtriser par la mécanique l’aléatoire dû aux dès. La semaine prochaine, je pense que je vais sortir, dans la mesure du possible, Bora-Bora, du même auteur.

Ayant plus d’expériences et Yon Inthamoussou jouant sur Board Game Arena  sans avoir lu les règles, je gagne haut la main, et les deux amoureux finissent à égalité.

La soirée continue avec le rassemblement des Avengers joueurs d’un soir autour d’un mythe de Bruno Faidutti , Citadelles  , un vrai jeu d’ambiance, avec du meurtre et du vol dedans, mais une géographie contrarié encore une fois:
des citadelles, attaquées/protégées par des Condottierres impavides, des voleurs et assassins impunis, des Rois sans Reines, des Architectes surpuissants, des Marchands mourants plus qu’à leur tour, et tout cela se passe où, hein, dites-moi?

Et bien on ne sait pas: ça ressemble à l’Italie des Médicis, c’est le même climat que lors de l’assassinat de Laurent, mais l’auteur n’a pas choisi de situer son jeu. Mais on a bien reconnu l’Italie, M. Faidutti, on a bien reconnu.

Qui a gagné, je ne m’en souviens plus, mais ce fût une partie acharnée.

Une vrai bonne soirée en somme.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :